Le harcèlement sexuel est un problème courant dans bon nombre d’écoles et de lieux de travail. Néanmoins beaucoup de gens ont une perception erronée de ce qu’est le harcèlement sexuel, de ses victime et de ce qu’il convient de faire à son sujet. Il est bon de considérer de plus près certains des mythes les plus répandus à propos du harcèlement sexuel et d’examiner la vérité qui devrait les remplacer.

1. Toutes les victimes de harcèlement sexuel sont des femmes et tous les harceleurs sont des hommes.
Bien qu’il soit vrai que la majorité des victimes de harcèlement sexuel soient des femmes, il est important de comprendre que n’importe qui peut en être victime. Cela peut arriver aussi bien à des hommes qu’à des femmes, quel que soit leur âge. Les auteurs de ce crime peuvent être des femmes et c’est souvent le cas. Des études récentes estiment que dans 11% des cas les victimes de harcèlement sexuel sont des hommes.

2. Certaines « victimes » l’ont cherché et n’ont aucune raison de s’en plaindre.
Il s’agit du mythe le plus communément répandu au sujet du harcèlement sexuel : Que certaines personnes « cherchent » des attentions sexuelles soi-disant importunes et n’ont donc personne d’autre qu’elles-mêmes à blâmer. La vérité est que personne ne « mérite » d’être harcelé sexuellement. L’apparence d’une personne, sa tenue vestimentaire et sa personnalité ne constituent ni une forme de séduction, ni une demande d’attention, ni une excuse pour un comportement déplacé.

3. Si l’intention n’est pas d’envoyer un message sexuel ce n’est pas du harcèlement.
Nombreux sont ceux qui ne se rendent pas compte que le harcèlement sexuel n’est pas, en fait, axé sur le sexe. C’est une forme d’intimidation, un abus de pouvoir (réel ou ressenti comme tel) et une forme de discrimination. Bien qu’il puisse découler d’un intérêt sexuel que le harceleur ressent envers sa victime, il importe de comprendre que ce n’est pas toujours le cas. Il faut également savoir qu’il n’est pas nécessaire que l’intention du harceleur soit sexuelle pour que son comportement puisse être qualifié de harcèlement sexuel.

4. La plupart des accusations de harcèlement sexuel sont exagérées ou fausses.
Ceci est loin d’être vrai. Le harcèlement sexuel est un problème réel, même encore aujourd’hui. Bon nombre de gens se voient obligés de changer de travail ou d’école, ou de tout autre environnement, en raison de ce genre de problème; ce qui peut être traumatisant au point de bouleverser la vie de la victime. Dans certains cas extrêmes, les victimes ont dû déménager pour échapper à une pénible situation.

5. Rapporter le harcèlement sexuel est une réaction inutile et exagérée.
Bon nombre de victimes de harcèlement sexuel croient à tort que si elles rapportent ce genre de comportement on jugera leur réaction exagérée devant une situation anodine et normale dans la vie de tous les jours. Il est absolument essentiel que les victimes sachent que ce n’est pas vrai et que tenir tête aux harceleurs, et si besoin est, dénoncer aux autorités leur comportement inacceptable, est la façon la plus efficace de mettre fin à ce genre de situation. Non seulement votre environnement de travail s’en trouvera amélioré pour vous-même mais vous contribuerez à épargner ce genre d’épreuve à vos collègues.
Au cas où vous ne sauriez pas vers qui vous tourner pour obtenir de l’aide dans ce genre de situation vous pouvez toujours consulter un avocat spécialisé dans le harcèlement sexuel pour lui demander son avis. La plupart des avocats seront heureux de vous accueillir pour une première entrevue gratuite. Vous n’avez donc rien à perdre.
Personne ne devrait se sentir obligé de tolérer des avances sexuelles à l’école ou au lieu de travail. Quoi que puisse vous dire un harceleur, ce n’est pas normal et vous n’avez pas cherché ce qui vous arrive. N’ayez pas peur d’agir aujourd’hui.

Marcelo Diego du Diefer Law Group, P.C. offre des renseignements au sujet des avocats spécialisés dans le harcèlement sexuel et l’emploi à Los Angeles.